Littérature française, Roman

La musique adoucit

Quand les éditions J’ai lu m’ont proposé de faire mon choix dans leur catalogue, la couverture de ce roman a immédiatement attiré mon œil… Née en 1980, je suis de cette génération qui a encore bien connu baladeurs, cassettes audio (et sait pourquoi il faut toujours un crayon à portée de main !). Génération qui reste souvent un brin nostalgique de la musique de cette époque

Par conséquent, si la couverture était une invitation, la quatrième fut une véritable tentation :
Un entrepreneur du Net soudainement populaire au point que les Français voudraient en faire leur prochain président, un artiste contemporain dont la dernière œuvre – un cerveau géant de vingt-cinq mètres de haut – vient d’être installée dans les jardins des Tuileries, le leader mégalomane d’un groupuscule d’extrême droite, un starlette de films X venue du fin fond de la Russie, un antiquaire décédé dans des circonstances bien particulières, un médecin généraliste en quête d’une cassette contenant les chansons du groupe de pop dont il faisait partie dans les années 80.
Leur point commun ? Une lettre qui aurait pu donner un tout autre cours à leur vie, et qui vient d’arriver à son destinataire avec… trente-trois ans de retard (extrait).

LaurainRhapsodie_250C’est intrigué et un brin agacé qu’Alain, médecin généraliste, découvre en effet dans sa boîte une lettre arrivée avec 33 ans de retard. Une missive qui annonçait au groupe Les Hologrammes un probable contrat avec une grande maison de disque ! L’occasion pour cet homme, désabusé et déçu du cours banal qu’a pris sa vie, de tenter de reprendre contact avec ses anciens acolytes et d’imaginer combien cette lettre aurait pu changer leurs destinées.

Et le romancier de balader le lecteur entre le passé et le quotidien de ces six personnages, aux carrière et devenir souvent inattendus. Ce dernier le suit avec curiosité et apprécie, derrière le récit divertissant et primesautier, la critique plus cynique de l’art contemporain (le cerveau gonflable qui retrouve sa liberté est un bijou !), de la politique et des médias. Les clins d’œil sarcastiques à notre société et à ses dérives. Il se laisse finalement porter par une histoire touchante, s’amuse de son sursaut final (je n’en dirai rien !) et se laisse convaincre par la moralité de ce conte moderne (ne jamais avoir de regret)…

Un roman intelligent et mordant, d’une grande finesse mais néanmoins très abordable. Et une jolie leçon de vie en prime. Je recommande !

 Antoine Laurain, Rhapsodie française, J’ai lu, 2017, ♥♥♥♥♥

N.B. Et parce que les blogs sont aussi de véritables lieux de rencontre et de partage, je ne résiste pas au plaisir de vous raconter que Monsieur Laurain est passé par là et m’a laissé un chaleureux message sur ma messagerie… Merci pour cette attention !