Littérature néerlandaise, Roman

Médecine en eaux troubles

Je prête de l’attention à mes patients, ou je le leur fais croire.

Grosse tuile en vue pour le Dr Marc Schlosser. Après le décès d’un de ses patients, le Conseil de l’Ordre l’a convoqué pour discuter d’une possible erreur médicale.
Ennuyeux, certes, mais pas dramatique : les membres du Conseil, il les croise tous les week-ends sur les terrains de golf. Que risque-t-il, une tape sur la main ? Au pire, une petite suspension ? Sauf que le patient en question n’est autre que Ralph Meier, célébrissime acteur, idole nationale et accessoirement ami de la famille ; et que sa veuve a des doutes et compte bien le faire savoir… Pour elle, l’affaire est suspecte : Ralph est tombé malade juste après des vacances avec les Schlosser. Qui dit vrai ? Marc a-t-il raté son diagnostic ? Aurait-il « aidé » la maladie de Ralph ? Que s’est-il passé cet été-là, dans la villa avec piscine ? (quatrième de couverture)

Kochvillapiscine_250

Un roman qui se lit quasiment d’une traite, au style simple mais efficace. L’intrigue est plutôt sans surprise, mais les chapitres courts sont habilement menés pour tenir le lecteur en haleine. Plus encore, c’est le propos, volontairement désabusé et cynique, qui fait la saveur de cet ouvrage. Descriptions chirurgicales sans fard des patients et de leurs pathologies, discours réactionnaire contre la culture, critique du matérialisme, vision caricaturale de l’humain, du couple, des relations sociétales, de la bourgeoisie. Rien ne manque !
D’aucuns s’émouvront alors, comme pour Le dîner, de l’absence d’objectivité et de moralité des protagonistes, voire de l’auteur lui-même. Ce serait oublier que ces romans sont volontairement noirs, déstabilisants, dérangeants, choquants.
Ce serait omettre leur faculté à faire naître la réflexion, à amener le lecteur à s’interroger sur ses propres valeurs et réactions. Une provocation qu’on appréciera ou non, mais qui fait le style de Koch… Pour moi, un roman aussi intéressant que Le dîner, l’effet de surprise en moins.

Herman Koch, Villa avec piscine, Belfond, 2013, ♥♥♥♥