Littérature brésilienne, Littérature française, Roman, Science-Fiction/fantasy

Ces livres dont je ne parlerai (presque) pas #4

Depuis décembre, je lis plus de livres que je ne prends le temps d’en chroniquer ! Et la période des fêtes (avec de nombreux ouvrages sous mon sapin, j’ai une famille adorable) n’a pas inversé la tendance. Il était donc temps que je rattrape (un peu) le temps perdu :  avec 3 lectures dans ce billet… et la suite bientôt ! En attendant, je remercie les éditions Folio et J’ai lu pour leurs fidèles envois !

7ejourUne fois dépassé le style déroutant de l’auteur (assez proustien !), Au commencement du 7e jour s’avère un pavé (de trois histoires en une) passionnant, haletant et d’une grande profondeur. Camille est victime d’un accident de voiture en un lieu où elle ne devait pas être. Alors que dure son coma, Thomas son époux, cherche à comprendre. Une quête existentielle qui le transporte dans son propre passé et le mènera jusqu’en Afrique, pour mieux connaître Camille, pour apprendre à se connaître lui-même. Érudit et prenant.

Luc Lang, Au commencement du 7e jour, Folio, 2017, ♥♥♥♥

SoupermaléficesFan de Lanfeust et autres Trolls, ne passez surtout pas votre chemin ! Vous trouverez dans ce roman tout ce qui fait le génie d’Arleston : des personnages atypiques (une espionne caméléon et un cuisinier pathétiquement amoureux) sympathiques et attachants dans un monde d’une grande « fantasy ». Le tout saupoudré d’une bonne dose d’humour. L’imagination fertile de l’auteur fait oublier les quelques faiblesses de l’intrigue et on passe un très bon moment.

Christophe Arleston, Le Souper des Maléfices, J’ai lu, 2017, ♥♥♥

Coehloadultère_250Ce roman est le livre voyageur de Ninon et, malgré tout mon enthousiasme pour cette belle idée (à refaire, sans hésitation), je dois reconnaître que l’histoire de Paulo Coelho (dont j’apprécie la plume) n’a pas réussi à m’emporter. Lent, sans réelle consistance, Adultère met en scène une femme qui s’engage dans une liaison impossible pour palier mal-être et ennui. Je n’ai aucune sympathie pour le personnage. Je me perds dans ses réflexions. Et je m’ennuie à mon tour.

Paulo Coelho, Adultère, J’ai lu, 2015, ♥♥

Rendez-vous, Roman

Livre voyageur

Le livre voyageur de Nina, fait escale chez moi, après une pause en Belgique, chez RoseHâte de découvrir Adultère de Paulo Coehlo ! Il rejoindra ensuite Claire. A suivre…

25591745_505918876461343_7405002924860452117_n

Références

9782290112557
Adultère

Paulo Coehlo
J’ai lu
2015

« Une vie sans amour vaut-elle la peine d’être vécue ? » Un mari aimant, de beaux enfants, un métier gratifiant ; sur le papier, Linda a tout pour être heureuse. Et pourtant, elle n’est qu’apathie et indifférence. Puis vient la rencontre avec un ancien petit ami. Jacob est un homme politique de premier plan et réveille en elle un sentiment perdu depuis longtemps : la passion. Mais pour conquérir cet amour impossible et enfin trouver le bonheur, elle devra puiser jusqu’au plus profond d’elle-même.

Littérature allemande, Roman, Thriller/policier

Mortelle jalousie

Désespérée par la mort de son mari, Rebecca Brandt, réfugiée dans sa maison de Provence, est sur le point de mettre fin à ses jours lorsque surgit Max, le meilleur ami de son mari, qui déclare vouloir passer quelques jours de vacances avec elle. Il est accompagné d’un jeune couple d’étudiants, Marius et Inga, qu’il vient de prendre en stop. Rebecca oublie à leur contact son sinistre projet et leur propose de camper dans son jardin. Au bout de quelques jours, Marius, qui semblait si léger et si gai, se montre soudain irascible et agressif. Surtout envers Rebecca, qui, incrédule, comprend peu à peu que le cauchemar ne fait que commencer… (quatrième de couverture).

C’est avec L’invité de la dernière heure que je découvre la plume de Charlotte Link et je suis ravie de constater qu’elle est prolifique et que je vais pouvoir faire durer le plaisir !Linkinvitée_250
Ce que j’ai particulièrement apprécié dans ce roman – une fois n’est pas coutume – c’est qu’il prend son temps. Pour présenter ses personnages, leur histoire, leur tempérament, leur dualité. Pour décrire les lieux, créer une atmosphère, une tension croissante. Pour tisser progressivement des liens entre tous les acteurs, pour mettre en place une intrigue finalement complexe, mais jamais difficile à comprendre.
Fluide, littéraire, le style est dans le même esprit : tout en dénotant un vrai travail d’écriture, il n’est jamais pesant. Bref, encore un coup de cœur !

Charlotte Link, L’invité de la dernière heure, J’ai lu, 2009, ♥♥♥♥♥