Littérature américaine, Roman

Evanouie !

La dernière chose que Mary et Karl entrevoient de leur mère, c’est la flamme de ses cheveux roux émergeant du biplan qui l’emporte pour toujours aux côtés d’un pilote acrobate… Devenus orphelins, les enfants montent dans un train de marchandises afin de trouver refuge chez leur tante, dans le Dakota du Nord.
Ainsi commence, en 1932, une chronique familiale qui s’étend sur plus de quarante ans, et fait vivre toute une galerie de personnages hors du commun en proie aux paradoxes de l’amour (quatrième de couverture).

Avec ce roman, se pose pour moi une question récurrente : suis-je encore en mesure d’apprécier ce type de lecture en étant devenue une inconditionnelle du thriller ? Ce que je reprocherais en effet essentiellement au Pique-nique des orphelins, c’est sa lenteur, l’absence de rebondissement, la linéarité d’une histoire de famille qui n’a pas su m’intéresser autant que je l’espérais.

Les débuts me semblaient pourtant prometteurs. A l’occasion d’une fête foraine, trois enfants sont lâchement abandonnés par leur mère qui préfère s’envoler aux côtés d’un pilote d’avion en démonstration. Nous sont alors donnés à lire, trois itinéraires de vie, marqués à jamais par cet abandon. Trois destins qui se croisent, sans jamais se rejoindre réellement. Trois personnalités qui se dessinent et se forgent au gré des événements et des rencontres, à cause des fêlures du passé ou malgré elles.

Une trame intéressante donc, un style très littéraire et très agréable, mais des personnages pour lesquels je n’ai finalement pas eu assez d’empathie. Leur froideur, leurs extravagances, leur fierté, leurs choix de vie quoique légitimés par leur histoire et compréhensibles, ont fini par me lasser, notamment dans l’atavisme qui contamine jusqu’à la génération suivante. Autres regrets : certaines lacunes volontaires qui laissent le lecteur un peu démuni, un texte qui s’achève sur une fin des plus ouvertes et bon nombre de questions sans réponse…

Un roman que j’ai eu donc un peu de mal à terminer, mais peut-être ai-je eu le tort d’en attendre trop. Question subsidiaire : je n’ai pas compris le choix du titre… Avis aux autres lecteurs pour une explication !

Louise Erdrich, Le Pique-nique des orphelins [1986], Albin Michel, 2016, ♥♥