Bilan juillet 2018

Le mois de juillet aura été productif et marqué essentiellement par de belles découvertes (deux coups de cœur, un seul abandon), ainsi que des lectures audio, grande nouveauté pour moi.
Et vous, qu’avez-vous lu en ce premier mois de vacances estivales (n’hésitez pas à mettre vos bilans en lien dans les commentaires) ?

♥♥♥♥♥

  • Christelle Dabos, Les Fiancés de l’hiver, Gallimard (Folio), 2016 (chronique)
  • Lisa Gardner, Lumière noire, Audiolib, 2018, (chronique)

♥♥♥♥

  • Olivier Bourdeaut, En attendant Bojangles, Gallimard (Folio), 2017.
  • Caroline Eriksson, LÎle des absents, Presses de la Cité, 2018, (chronique) ou (notice)
  • Hubert de Maximy, Ariane et Juliette, Presses de la cité, 2018, (chronique)
  • Anne Percin, Les Singuliers, Babel, 2016, (chronique)

♥♥♥

  • Joann Chaney, Sept ans de Silence, Presses de la cité, 2018, (chronique)
  • Joël Dicker, La Disparition de Stéphanie Mailer, Audiolib, 2018, (chronique)
  • Casey B. Dolan, Mère parfaite, Denoël, 2015, (chronique)

  • Madeleine Mansiet-Berthaud, La Valse des mouettes, Presses de la cité, 2018, (chronique)

De l’autre côté

« Écoute-moi bien, fille… Tu es la personnalité la plus forte de la famille.
Je te prédis que la volonté de ton mari se brisera sur la tienne ».

Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Fiancée de force à l’un des héritiers d’un clan du Pôle, elle quitte à regret le confort de sa famille. La jeune femme découvre ainsi la cour du Seigneur Farouk, où intrigues politiques et familiales vont bon train. Loin de susciter l’unanimité, son entrée dans le monde devient alors l’enjeu d’un complot mortel (quatrième de couverture).

Dabosfiancés_250Avec le premier tome de cette série (La passe-miroir), je redécouvre un plaisir que je n’avais plus connu depuis la lecture d’Harry Potter : l’immersion dans un monde imaginaire, complexe et enivrant. J’y retrouve également la fantasy telle que je l’aime : quête, clans, personnages mythiques aux dons fascinants, paysages et architectures débridés, climats extrêmes et une touche de merveilleux, subtilement dosée !
L’intrigue, quant à elle, est très prometteuse et d’une grande richesse. Pas seulement une histoire fantastique et captivante, mais un très beau roman d’apprentissage dans lequel le personnage féminin, timide et maladroit aux premiers abords, s’avère une personnalité forte, intelligente et résolument indépendante.
Du côté style, on entre dans le récit avec facilité : fluide, littéraire, le roman ne connaît aucune longueur et s’avère terriblement addictif.

L’univers créé par Christelle Dabos, qui n’est pas sans rappeler parfois celui d’un Lewis Carroll, tient en effet la route, se densifie au fil de la lecture et saura intéresser les adultes, même si l’histoire est initialement dédiée aux adolescents. N’hésitez pas ! Pour ma part, je me précipite sur le deuxième tome !

Christelle Dabos, Les Fiancés de l’hiver, Gallimard (Folio), 2016, ♥♥♥♥♥