Meurtre de proximité

« L’enfance est un manteau dont il est douloureux de se dévêtir
quand, dans le monde des adultes, le tempête fait rage ».

Une présentation des futurs protagonistes de la scène de meurtre. Un personnage et une psychologie par chapitre. Ainsi débute L’Innocence des bourreaux et cette entrée en matière originale et prenante est fidèle en cela à la plume efficace de Barbara Abel. Couple adultère, mère dépassée par l’éducation de son adolescent, dame âgée aigrie et son inséparable aide familiale, jeune maman et junkie en manque. Un florilège de personnages qui se retrouve, dans les pages suivantes, dans une supérette de quartier. Un lieu anodin qui se transforme en huis clos cauchemardesque, quand y surgit un homme, cagoulé et armé.

Ce qui n’aurait pu être qu’un braquage pour quelques euros devient bientôt une prise d’otages à l’issue fatale. Face au danger, la dualité des personnalités se révèle à l’occasion d’un rebondissement subtile : victimes et bourreaux ne sont pas alors ceux que l’on Abelinnocence_250imaginait. La tension croissante qui caractérise l’atmosphère de cette première partie, les renversements de situation et les réactions et ressentis de chacun des personnages rendent la lecture haletante et le roman atypique.

 

Pour moi, L’Innocence des bourreaux ne tient malheureusement pas ses promesses initiales. La seconde partie du roman (que je ne raconterai pas pour ne pas gâcher les effets de surprise) relate ce qui se passe après le drame – toujours pour chacun des personnages – en privilégiant néanmoins la fuite du meurtrier, soutenu par un des ses proches. Bien qu’intéressante pour les questions nombreuses qu’elle soulève (culpabilité, sacrifice, remords, choix de vie, folie, vieillesse, filiation…) et les tempéraments qu’elle continue à dévoiler, elle n’a pas su me captiver autant que les prémices de l’histoire. J’ai notamment regretté que certains portraits psychologiques restent inachevés, l’auteur ayant fait le choix d’une fin ouverte sur tous les possibles. Dommage…

Barbara Abel, L’Innocence des bourreaux, Belfond, 2015, ♥♥♥