C’est lundi, que lisez-vous ? #11

Séduite par l’initiative de Galleane, je me plie avec plaisir à ce petit exercice hebdomadaire dont le principe est simple. Il s’agit de répondre, en mots ou en images, aux trois questions suivantes :

Qu’ai-je lu cette semaine ?

410IQlrnoHL._SX195_

La Saison des feux
Celeste NG
Sonatine, 2018

À Shaker Heights, banlieue riche et tranquille de Cleveland, tout est soigneusement planifié pour le bonheur des résidents. Rien ne dépasse, rien ne déborde, à l’image de l’existence parfaitement réglée d’Elena Richardson, femme au foyer exemplaire.
Lorsque Mia Warren, une mère célibataire et bohème, vient s’installer dans cette bulle idyllique avec sa fille Pearl, les relations avec la famille Richardson sont d’abord chaleureuses. Mais peu à peu, leur présence commence à mettre en péril l’entente qui règne entre les voisins. Et la tension monte dangereusement à Shaker Heights.

Que suis-je en train de lire ?
IMG_20180415_144223_392
La Femme à la fenêtre
A.J. Finn
Presses de la cité, 2018

Elle a tout vu, mais faut-il la croire ? Séparée de son mari et de leur fille, Anna vit recluse dans sa maison de Harlem, abreuvée de merlot, de bêtabloquants et de vieux polars en noir et blanc. Quand elle ne joue pas aux échecs sur internet, elle espionne ses voisins. Surtout la famille Russell – un père, une mère et un adorable ado –, qui vient d’emménager en face. Un soir, Anna est témoin d’un crime. Mais comment convaincre la police quand on doute soi-même de sa raison ?
Que vais-je lire ensuite ?

005327917Candyland
Jax Miller
J’ai lu, 2018

Sadie Gingerich, une ancienne amish, est seule dans sa confiserie d’une ville minière de Pennsylvanie. Sa vie est bouleversée lorsque son fils est assassiné par sa petite amie, Allison. Cruauté du destin, Sadie rencontre Danny, le père d’Allison, en proie à ses propres démons. Leurs lourds passés et le choc du meurtre s’entremêlent pendant l’enquête de police, révélant une vérité indicible. Entre les doux pâturages de la communauté amish, les montagnes isolées du Nord et les villes minières abandonnées de la Rust Belt, la vie et l’amour sont broyés, laminés par la drogue et la pauvreté de l’Amérique rurale. Un lieu où les rêves ne se réalisent jamais et où les fins heureuses n’existent pas.

 

C’est lundi, que lisez-vous ? #10

Séduite par l’initiative de Galleane, je me plie avec plaisir à ce petit exercice hebdomadaire dont le principe est simple. Il s’agit de répondre, en mots ou en images, aux trois questions suivantes :

Qu’ai-je lu cette semaine ?

Wingateenfantsfleuve_250Les Enfants du fleuve
L. Wingate
Les Escales, 2018

Peu importe les chemins empruntés, le cœur se souvient toujours d’où l’on vient. Memphis, 1939. Par une nuit pluvieuse, Rill Foss, douze ans, et ses quatre frère et sœurs sont enlevés par des inconnus. Emmenés loin de la péniche familiale et des bords du Mississippi, jetés dans un orphelinat, les enfants réalisent bien vite qu’ils ne reverront plus leurs parents. La mystérieuse Société des foyers d’accueil du Tennessee vient de sceller leur sort à tout jamais.
Caroline du Sud, de nos jours. Avery Stafford, jeune avocate épanouie à qui tout semble sourire, est de retour dans la ville de son enfance. Lors d’une visite à sa grand-mère, cette dernière tient un discours étrange qui remet en cause toutes ses certitudes. Quelle est vraiment l’histoire de sa famille ? D’où vient-elle ? Troublée, Avery commence à enquêter…

Que suis-je en train de lire ?

HP5Harry Potter et l’Ordre du Phénix
J.K. Rowling
Gallimard, 2003

À quinze ans, Harry s’apprête à entrer en cinquième année à Poudlard. Et s’il est heureux de retrouver le monde des sorciers, il n’a jamais été aussi anxieux. L’adolescence, la perspective des examens importants en fin d’année et ces étranges cauchemars… Car Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom est de retour et, plus que jamais, Harry sent peser sur lui une terrible menace. Une menace que le ministère de la Magie ne semble pas prendre au sérieux, contrairement à Dumbledore. Poudlard devient alors le terrain d’une véritable lutte de pouvoir. La résistance s’organise autour de Harry qui va devoir compter sur le courage et la fidélité de ses amis de toujours…

Que vais-je lire ensuite ?

PAL

Lucide folie

« C’est alors que se produisit quelque chose d’incroyable. L’enfant releva la tête brusquement et, le regard tourné vers la fenêtre de Mme Préau, il émit un son.
Le son le plus terrifiant qu’il ait été donné d’entendre ».

Elsa, directrice d’école à la retraite, regagne ses pénates après avoir passé plusieurs années dans une maison de retraite. Parmi les changements notables intervenus en son absence, il y a ce pavillon dont elle a désormais une vue imprenable sur le jardin et les trois enfants qui s’y amusent. La vieille dame, curieuse et désœuvrée, se prend au jeu de Loubièreenfantcailloux_250les observer et a tôt fait de relever une anomalie. Selon elle, l’aîné des enfants, solitaire et malingre, est sensiblement mis et l’écart et visiblement maltraité. Sortir l’enfant aux cailloux de son enfer familial devient l’obsession d’Elsa, qui contacte services sociaux et police, mène son enquête et décide finalement d’agir seule. Personne en effet ne croit la vieille dame à la santé mentale chancelante et au passé trouble : ni les instances, ni la famille, ni le lecteur. Elsa pourrait-elle avoir raison contre tous ? Ou n’est-elle réellement qu’une grand-mère mélancolique et perturbée ?

Un très beau thriller psychologique qui se construit en douceur et avec finesse au fil d’un portrait résolument touchant. J’aime particulièrement ces romans qui ne jouent pas seulement du spectaculaire et du rebondissement, mais traitent de sujets forts (la maltraitance, la solitude, la folie) sans verser dans le pathos.

Sophie Loubière, L’Enfant aux cailloux, Fleuve noir, 2011, ♥♥♥♥♥

Loi des séries

« Cette planète comporte un ramassis de tarés. »

Le froid de novembre. La neige et l’horreur. En France, à Lyon, un homme est assassiné dans une église. Son dos a été tailladé, sa langue, coupée. À sept cents kilomètres de distance, sa fiancée est retrouvée pendue à un arbre. Un meurtre maquillé en suicide. Très vite, le sang se répand jusqu’en Belgique. Dans un asile abandonné, on découvre le cadavre d’une femme entièrement nue, le visage arraché. Une folie sans nom. Les meurtres s’enchaînent, et tous portent la signature d’un tueur en série libéré un an plus tôt, le Borgne. L’homme aurait-il repris du service ? Difficile à croire vu son âge avancé et son état de santé. Non, la réalité est bien plus noire. Laura, Milan et Adami, des policiers visages-et-des-morts-finalvenus de tout horizon, vont rapidement le comprendre. « Nous ne sommes pas face à un tueur en série, mais à une série de tueurs ». Et ceux-ci se sont réunis en force, décidés à marquer les mémoires de leurs crimes pour entrer dans la postérité (quatrième de couverture).


Des Visages et des morts
ou le roman de tous les excès. Dans l’intrigue pour commencer, avec un foisonnement de lieux, d’enquêteurs, de témoins, de types de meurtres, de tueurs et de victimes. Des excès rhétoriques ensuite. Si le lecteur ne se perd pas dans ces méandres, c’est que l’auteur résume, rappelle, rabâche, reprend sans cesse, pour ne pas l’égarer. Excès d’exercices de style : la métaphore est filée, filée, filée* et les morceaux de bravoure s’accumulent.  Excès dans le propos aussi. Le thriller est émaillé de petites réflexions ou grands conseils sur à peu près tous les sujets à la mode : écologie, consumérisme, santé, féminisme, sens de la vie et besoin de reconnaissance…. Des digressions souvent moralisatrices qui alternent avec les rebondissements (et un excès d’improbables pirouettes) qui s’enchaînent à une vitesse vertigineuse. Pour autant – excès d’imagination ? – l’auteur doit faire appel à un deus ex machina – sous les traits d’un voyant qui tombe du ciel – pour relancer l’enquête – et son récit – qui piétine.

Bref, on l’aura compris, entre ennui et exaspération, je suis ressortie complètement essoufflée de ma lecture (cette critique sévère – je le conçois – n’engage que moi). Je n’en remercie pas moins Babelio et les éditions de Mortagne pour ce partenariat.

Mickaël Koudero, Des Visages et des morts, Editions de Mortagne, 2018, ♥♥

*Trois années maintenant que cet être, si doux, si fragile, composait son univers. Aujourd’hui, lui seul comptait. Il était sa terre, son ciel, ses points cardinaux. // Les flots d’informations cognaient dans son crâne, tels des moustiques contre une fenêtre éclairée en pleine nuit // Courir. Transpirer. Vider l’horreur qui s’accrochait à sa peau telle une sangsue visqueuse.

C’est lundi, que lisez-vous ? #8

Séduite par l’initiative de Galleane, je me plie avec plaisir à ce petit exercice hebdomadaire dont le principe est simple. Il s’agit de répondre, en mots ou en images, aux trois questions suivantes :

Qu’ai-je lu cette semaine ?

Haranpayssoleilrouge_250

Le Pays du soleil rouge
Elisabeth Haran
L’Archipel 2017

Angleterre, 1941. Accusée d’avoir agressé le père d’un de ses élèves, Lara Penrose, une jeune enseignante, choisit pour éviter la prison de partir enseigner en Australie. Quand elle arrive à Shady Camp, bourgade reculée au nord de l’île continent, c’est le choc. D’abord, il n’y a pas d’école. Et puis la région est infestée de crocodiles. Mais Rick va régler le problème. Dès leur première rencontre, Lara est séduite par cet homme, éconduisant le Dr Jerry qui lui faisait jusque-là une cour assidue…
Des paysages exotiques et envoûtants, une héroïne qui doit lutter contre l’adversité pour trouver le bonheur et sa place dans la société… Sont ici réunis tous les ingrédients qui ont contribué au succès des sagas de Tamara McKinley, Sarah Lark ou Colleen McCullough.

Que suis-je en train de lire ?

HP5

Harry Potter et l’Ordre du Phénix
J.K. Rowling
Gallimard 2003

À quinze ans, Harry s’apprête à entrer en cinquième année à Poudlard. Et s’il est heureux de retrouver le monde des sorciers, il n’a jamais été aussi anxieux. L’adolescence, la perspective des examens importants en fin d’année et ces étranges cauchemars… Car Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom est de retour et, plus que jamais, Harry sent peser sur lui une terrible menace. Une menace que le ministère de la Magie ne semble pas prendre au sérieux, contrairement à Dumbledore. Poudlard devient alors le terrain d’une véritable lutte de pouvoir. La résistance s’organise autour de Harry qui va devoir compter sur le courage et la fidélité de ses amis de toujours…

Que vais-je lire ensuite ?
9782290147788Ailleurs si j’y suis
A. Laurain
J’ai lu, 2018

Pierre-François Chaumont, brillant avocat parisien, est collectionneur depuis l’enfance. Un matin qu’il déambule dans les salles d’exposition de l’hôtel Drouot, il se retrouve nez à nez avec un portrait du XVIIIe siècle. Stupéfaction : le visage de l’homme en perruque poudrée, c’est le sien! Pulvérisant les enchères, Pierre-François rapporte l’étrange tableau chez lui. Mais le mystère tourne rapidement à la paranoïa car ni sa femme ni ses proches ne remarquent la ressemblance. Pierre-François serait-il devenu fou ?

Ces livres dont je ne parlerai (presque) pas #5

Deux grippes. L’hiver aura au raison de ma santé et réellement contrarié mon rythme de lecture et de blog. Un petit billet un peu plus synthétique, mais qui n’en veut pas moins rendre hommage à deux bons romans. Merci sincèrement aux éditions Presses de la Cité et Métailié  pour ces découvertes.

Giolitoplusgrand_250

Rien de plus grand ou le procès de Maja Norberg, rescapée d’une fusillade dans son lycée, retrouvée un fusil à la main. Au fil des aller-retours entre audiences et souvenirs de la jeune fille, le lecteur, d’abord dubitatif, se prend paradoxalement d’affection pour le personnage central, moins coupable que les adultes nantis qui l’entourent. On en vient à espérer son innocence et on dévore jusqu’à l’issue. Efficace, fluide, surprenant, touchant.

Malin Persson Giolito, Rien de plus grand, Presses de la Cité, 2018, ♥♥♥♥♥

Magnussonurgences_250Pour Anita, il y a d’un côté la vie, difficile mais trépidante, des Urgences, et de l’autre, un vide sentimental à combler, maintenant qu’époux et fils lui préfèrent Heidi et sa confortable vie bourgeoise. Un roman qui alterne rythme effréné et pauses introspectives pour mieux nous faire ressentir le combat intérieur d’une femme qui doute. Un message universel qui mérite qu’on s’y arrête, même s’il est parfois difficile de se reconnaître dans ce personnage un brin égocentrique (mais probablement d’autant plus réaliste).

Kristof Magnusson, Urgences et sentiments, Métailié, 2018,♥♥♥♥

C’est lundi, que lisez-vous ? #7

Séduite par l’initiative de Galleane, je me plie avec plaisir à ce petit exercice hebdomadaire dont le principe est simple. Il s’agit de répondre, en mots ou en images, aux trois questions suivantes :

Qu’ai-je lu cette semaine ?

HP4

Harry Potter et la Coupe de Feu
J.K. Rowling
Folio 2001

Après un horrible été chez les Dursley, Harry Potter entre en quatrième année au collège de Poudlard. À quatorze ans, il voudrait simplement être un jeune sorcier comme les autres, retrouver ses amis Ron et Hermione, assister avec eux à la Coupe du Monde de quidditch, apprendre de nouveaux sortilèges et essayer des potions inconnues. Une grande nouvelle l’attend à son arrivée : la tenue à Poudlard d’un tournoi de magie entre les plus célèbres écoles de sorcellerie. Déjà les spectaculaires délégations étrangères font leur entrée… Harry se réjouit. Trop vite. Il va se trouver plongé au cœur des événements les plus dramatiques qu’il ait jamais eu à affronter.

Que suis-je en train de lire ?

HP5

Harry Potter et l’Ordre du Phénix
J.K. Rowling
Gallimard 2003

À quinze ans, Harry s’apprête à entrer en cinquième année à Poudlard. Et s’il est heureux de retrouver le monde des sorciers, il n’a jamais été aussi anxieux. L’adolescence, la perspective des examens importants en fin d’année et ces étranges cauchemars… Car Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom est de retour et, plus que jamais, Harry sent peser sur lui une terrible menace. Une menace que le ministère de la Magie ne semble pas prendre au sérieux, contrairement à Dumbledore. Poudlard devient alors le terrain d’une véritable lutte de pouvoir. La résistance s’organise autour de Harry qui va devoir compter sur le courage et la fidélité de ses amis de toujours…

Que vais-je lire ensuite ?

visages-et-des-morts-final.jpg

Des Visages et des morts
M. Koudero
Editions de Mortagne 2018

Le froid de novembre. La neige et l’horreur. En France, à Lyon, un homme est assassiné dans une église. Son dos a été tailladé, sa langue, coupée. À sept cents kilomètres de distance, sa fiancée est retrouvée pendue à un arbre. Un meurtre maquillé en suicide.

Très vite, le sang se répand jusqu’en Belgique. Dans un asile abandonné, on découvre le cadavre d’une femme entièrement nue, le visage arraché. Une folie sans nom.
Les meurtres s’enchaînent, et tous portent la signature d’un tueur en série libéré un an plus tôt, le Borgne. L’homme aurait-il repris du service ? Difficile à croire vu son âge avancé et son état de santé.
Non, la réalité est bien plus noire.
Laura, Milan et Adami, des policiers venus de tout horizon, vont rapidement le comprendre. « Nous ne sommes pas face à un tueur en série, mais à une série de tueurs ». Et ceux-ci se sont réunis en force, décidés à marquer les mémoires de leurs crimes pour entrer dans la postérité.