Littérature islandaise, Roman, Thriller/policier

En transit

Sonja a été contrainte de devenir passeuse de cocaïne pour retrouver la garde de son petit garçon. Elle doit jouer au chat et à la souris avec des narcotrafiquants féroces, un ex-mari pervers, un avocat ambigu, une compagne envahissante.
Elle doit se montrer de plus en plus inventive, de plus en plus audacieuse. Elle doit sortir du piège dans lequel elle s’est laissé enfermer. Seule certitude, Tómas son petit garçon, lui, ne vit que pour ses week-ends auprès de sa si jolie maman.
Il y a aussi, à l’aéroport de Keflavík, Bragi, le vieux douanier, très intrigué par cette jeune femme élégante et décidée qui traverse régulièrement les salles d’embarquement.
Entre malversations et trafic de drogue, Piégée est un thriller original et brillant, mêlant une intrigue pleine de suspense, des personnages attachants et une description fantastique de la capitale de l’Islande pendant l’hiver 2010-2011, couverte de cendres et sous le choc du krach financier (quatrième de couverture).

Ce qui rend ce roman particulièrement attrayant ce sont ses personnages – principaux et secondaires – pour lesquels le lecteur éprouve une empathie quasi immédiate. Et ceci peut paraître d’autant plus surprenant qu’entre drogue, détournement de fonds, trafic et alcoolisme, ils sont loin d’être irréprochables ! Néanmoins, on a envie de connaître davantage de leur histoire touchante, de leurs sentiments, de leur avenir et, surtout, de savoir comment ils vont se sortir de leurs pétrins respectifs. Car il s’agit avant tout de l’histoire de deux femmes prises au piège et d’un homme désespéré…

Une tension s’installe progressivement dans ce page-turner prenant et habile, servi par une construction efficace et des chapitres très brefs. On se prend au jeu du « allez juste encore un chapitre » et on arrive finalement très (trop ?) rapidement au terme d’un roman bien ficelé.

Une seule petite frustration pour la grande lectrice d’Arnaldur Indriðason ou d’Yrsa Sigurdardottir, que je suis. L’Islande est réduite dans Piégée à une seule toile de fond économique. J’aurais aimé y trouver plus de descriptions, de pittoresque, de climat et d’atmosphère proprement islandais.

Un très bon moment de lecture néanmoins et une histoire dont j’ai hâte de découvrir la suite (Piégée est le premier volume de la trilogie Reykjavík noir). Je remercie chaleureusement les éditions Métailié pour la découverte !

Lilja Sigurdardóttir, Piégée, Métailié, 2017, ♥♥♥♥