Twist again

Il voulait simplement l’aimer de nouveau comme à leurs débuts.
Mais c’était précisément ça l’ennui, avec les débuts. Il ne pouvait jamais en exister qu’un.

Plus jamais vous n’échangerez votre maison avec des inconnus…
Pour les vacances de la Toussaint, Kate et Hazel décident d’échanger leurs domiciles.
Kate est irlandaise et pense qu’une semaine à New York sera salvatrice pour son couple et sa famille.
Hazel vit à Manhattan et rêve de retourner à Limerick, sur les terres de son enfance, avec son mari et leurs deux enfants.
Mais les vacances idylliques virent au cauchemar. Quand s’ouvre ce roman, un coffre de voiture se referme. À l’intérieur, le cadavre d’une femme… (quatrième de couverture)

MacDonaldéchange_250Avec un peu de retard, je partage avec vous ce que fut ma lecture « spéciale Halloween », avec le concours des éditions Archipoche que je remercie vivement. Aucun monstre sanguinolent, aucune atmosphère d’horreur dans le roman de Siohhàn MacDonald. Toutefois – et ce n’est pas moins effrayant – une angoisse croissante qui s’installe dans le quotidien de deux familles qui ont pris la décision d’échanger leurs domiciles le temps de quelques jours de vacances. L’occasion, elles le pensent du moins, de s’éloigner provisoirement de la routine, des soucis de couple, d’enfants ou encore professionnels. Bientôt les vacances virent au drame et les mensonges des uns deviennent le cauchemar des autres.
Un thriller psychologique bien mené qui n’hésite pas à faire se succéder les renversements de situation pour mener le lecteur par le bout du nez et le tenir en haleine. Avec un talent indéniable… Malheureusement, le soufflé retombe : la résolution de l’intrigue arrive un peu tôt et fait espérer un twist final… qui ne vient pas. Dommage.

Siobhàn MacDonald, Echange fatal, Archipoche, 2018, ♥♥♥♥

Profil PoudlardChallenge HP – Deuxième année – Revelio (sortilèges)
un roman à suspens

Double

« Elle devait utiliser chacun de ses neurones, contrôler chaque synapse
pour conserver de l’avance sur lui. Pour escroquer un maître de l’escroquerie ». 

La vie de Rosalie et de Luke s’est délitée voici quelques mois après la révélation de l’adultère commis par Luke. Mais l’annonce de la mort de Rob, leur fils, lors d’un voyage en Thaïlande provoque un séisme familial. Les mois qui suivent sont un cauchemar dans lequel Rosalie doit apprendre à composer avec la perte de son fils, un contexte conjugal compliqué et aussi la dépression de Maddie, sa fille. Cette dernière se juge coupable de la mort de son frère mais refuse d’expliquer pourquoi à ses parents. Elle se lie avec un gang de filles particulièrement violentes. Rosalie croit apercevoir le bout du tunnel lorsque, au cours d’une thérapie de groupe, elles font la connaissance de Jed, un jeune homme auquel Maddie s’attache très rapidement, même si cette figure singulière devient de plus en plus angoissante. L’adolescente reprend goût à la vie, alors que le diabolique Jed ne cesse de s’immiscer dans la famille… (quatrième de couverture).

Oriordanimposture_250

Un bon thriller qui se lit avec une facilité déconcertante malgré le sérieux des thèmes qu’il aborde : travail de deuil, dépression, culpabilité, tromperies…

Mention spéciale pour le personnage de Jed qui, derrière une gueule d’ange et des manières affables, incarne la duperie la plus malfaisante et manque de conduire toute une famille à sa perte. La dualité du personnage masculin compense la psychologie un peu faiblarde des protagonistes féminins, passablement naïfs – même si leur détresse explique à l’évidence leur confiance aveugle – et peu attachants à force d’atermoiements.
Une intrigue efficace, une histoire crédible – malgré une fin un peu rocambolesque – font  de ce roman un lecture souvent prenante, divertissante, un brin agaçante parfois.

Je remercie les éditions Folio pour ce roman gracieusement offert en échange d’une critique.

Kate O’Riordan, La Fin d’une imposture, Folio Policier, 2017, ♥♥♥