Littérature anglaise, Roman

Délicieux !

Chaque dimanche, exaspéré, il voyait toute la famille débarquer au beau milieu de la confession, Lady Emily échappant tantôt son foulard, tantôt son livre de prières, et s’évertuant, dans des murmures bruyants et affectueux, à placer les siens […] elle se conduisait dans l’ensemble comme si l’église était la demeure d’un ami.

Mary Preston, jolie jeune fille sans fortune, est invitée par sa tante Agnès à passer l’été dans sa splendide propriété familiale, au cœur de la campagne anglaise. À Rushwater House, la saison s’annonce pleine de surprises, de frivolités et d’insouciance. Mais le cœur de Mary sera mis à rude épreuve face au séduisant et séducteur David Leslie, l’artiste de la famille qui navigue entre Londres et Rushwater… Cependant, Agnès et sa mère, la sémillante Lady Emily, espèrent persuader la jeune femme de faire un tout autre mariage, bien plus convenable. Entre les balades au clair de lune dans les jardins resplendissants et le grand bal organisé à Rushwater, cet été comblera-t-il les espérances romantiques de Mary ? (quatrième de couverture)

Thirkellfraisessauvages_250Les éditions Charleston recèlent décidément de véritables perles et ce roman datant de 1934 en est une, baroque à souhait ! Ne vous fiez pas complètement à la quatrième de couverture qui ne rend pas suffisamment hommage à ce livre qui pourrait passer pour une seule romance, un peu mièvre. Le Parfum des fraises sauvages est une curiosité : tout y est extravagance, oisiveté et dilettantisme. Ce postulat accepté, on se régale et on s’amuse franchement au sein de cette famille bourgeoise, caricature indubitable d’elle-même. Angela Thirkell, dans un style désopilant et inédit, s’en moque gentiment et nous, lecteur, de la suivre avec délice ! Un excellent roman !

Angela Thirkell, Le Parfum des fraises sauvages, Charleston, 2016, ♥♥♥♥♥

Littérature anglaise, Roman, Thriller/policier

Douleur maternelle

Elle était bel et bien en train de subir la pire chose qui puisse arriver à un parent.
La pire de toutes.

Trois enfants enlevés dans une même localité. Une enquête pour rapt qui piétine. Et pour Helen et Sean, la preuve que cela n’arrive pas qu’aux autres. Alors qu’ils en ont confié la garde à leur fille adolescente, leur petite Frankie de 3 ans disparaît à son tour, enlevée dans son lit.
L’inspecteur principal Patrick Lennon sait qu’il a peu de temps pour retrouver le ravisseur de ces quatre victimes, d’autant qu’un des enfants est retrouvé mort dans un camp de nomades. Mais les coupables ne sont pas forcément ceux que l’on croit. Et Patrick Lennon le sait, l’amour qu’une mère porte à son enfant ne l’empêche pas toujours de commettre l’irréparable…

Vossberceaupeur_250Heureusement que je ne me suis pas fiée à ma première impression, due au titre (français) de ce thriller (que je continue à trouver peu convaincant, même si je ne suis pas bien plus inspirée !). Parce que celui-ci mis à part, je n’ai absolument rien à reprocher à ce roman écrit à quatre (talentueuses) mains !
Tout y est réuni pour en faire une lecture prenante : page-turner aux chapitres courts et aux voix multiples, intrigue efficace et rebondissements pluriels bienvenus, analyse psychologique fine des personnages – pour certains bien plus complexes et impliqués qu’il n’y paraît, toutes générations et relations familiales confondues.
Ce qui fait le petit plus de ce thriller et contribue à mon coup de cœur, c’est le traitement de son thème – somme toute plutôt convenu – mais envisagé ici avec une certaine originalité, dans le fait notamment que l’inspecteur Lennon soit indirectement et personnellement concerné. Et de fait, persévérant, humain, et particulièrement attachant.
Je n’en dirai pas plus… lisez-le ! De mon côté, j’attends la suite de cette série prometteuse avec impatience et remercie les éditions AmazonCrossing (via Netgalley) pour cette lecture idéale en cette fin d’été.

Louise Voss & Mark Edwards, Le Berceau de la peur,
AmazonCrossing, 2017, ♥♥♥♥♥

Littérature anglaise, Roman, Thriller/policier

Versatile

Été 1981. Un mystérieux correspondant a donné rendez-vous dans un petit village du Wiltshire à David Umber, un jeune étudiant, pour lui transmettre des informations inédites sur le sujet de sa thèse. Alors qu’il l’attend, David est témoin d’un fait divers qui va bouleverser son existence. Trois jeunes enfants qui se promenaient avec leur baby-sitter sont victimes d’une terrible agression. Un homme kidnappe Tasmin, deux ans, et s’enfuit à bord de son van. Alors qu’elle essaye de s’interposer, la petite Miranda, sept ans, est percutée par le véhicule. Tout se passe en quelques secondes. David, comme les deux autres témoins de la scène, n’a pas le temps de réagir. À peine peuvent-ils donner une vague description de l’agresseur.

Printemps 2004, Prague. Après une histoire d’amour avortée avec la baby-sitter des enfants, David, qui a tout quitté pour refaire sa vie, est contacté par l’inspecteur Sharp, chargé à l’époque de l’enquête. Sharp lui demande de l’accompagner en Angleterre pour essayer de faire enfin la lumière sur la disparition de Tasmin. Littéralement hantés par cette affaire, les deux hommes reprennent un à un tous les faits. Bientôt, de nouvelles questions se posent sur la configuration des lieux, sur la présence des témoins, sur la personnalité des victimes. Le drame cache encore bien des secrets et ce nouvel éclairage risque fort d’être meurtrier.

Pourquoi faut-il lire Les Mystères d’Avebury ?

Pour son intrigue captivante (un kidnapping non résolu) qui se double d’un contexte historique pertinent et riche, sans jamais être pesant (Junius, le sujet de thèse du personnage principal). Passionnant !

CVT_Les-mysteres-dAvebury_5198Pour David Umber (un témoin, finalement plus concerné qu’il ne le pense), protagoniste doté d’une vraie psychologie et d’une grande sensibilité. Pas d’atermoiements, de vrais états d’âmes, un brin de cynisme  et une grande ténacité. Touchant !

Pour les méandres de ce roman, aux allures de jeu de piste. Tout comme le personnage principal –  figure de l’antihéros par excellence – le lecteur est confronté à une enquête pleine de rebondissements (un peu trop pour être crédibles ?). Indices historico-littéraires semés à tout vent, voyages et lieux empreints de mystère, fausses pistes, voltefaces et témoignages sujets à caution…  Prenant !

Et si je frôle seulement le coup de cœur, c’est en raison de quelques longueurs, coïncidences et ficelles un peu grosses. Ce petit bémol mis à part, je recommande vivement ce thriller et remercie les éditions Sonatine et Netgalley pour cette lecture très appréciée.

Robert Goddard, Les Mystères d’Avebury, Sonatine, 2017, ♥♥♥♥

Littérature anglaise, Roman, Thriller/policier

Imposture

Tu sais, il faut toujours qu’elle raconte des histoires et prétende être une autre. 

Comment un jeu entre sœurs jumelles qui intervertissent banalement leurs identités peut-il mener à la déchéance de la moins chanceuse des deux. Voilà ce que nous raconte A sa place, un thriller rendu captivant par sa construction efficace (un style fluide, des chapitres courts qui alternent entre présent et passé, un mode de narration particulier et intéressant) et par la tension qu’il installe dès les premières lignes.
Morganplace_250Avec une certaine fébrilité, le lecteur n’aspire qu’à une seule chose : comprendre comment l’inversion a pu être acceptée de tous et tenter de deviner jusqu’à quels extrêmes peut mener un secret de famille trop bien gardé. Ingénieux.
Pourtant un je-ne-sais-quoi me laisse sur ma faim. Malgré l’intensité et le sérieux du thème, le propos reste un peu superficiel.  En outre, la révélation finale – ce qui justifie la trahison familiale – n’est ni un rebondissement (pourtant attendu par les lecteur du genre), ni tout à fait vraisemblable.
Un thriller divertissant et réellement prenant, mais une fin que je qualifierais d’inaboutie. Dommage… Merci aux éditions Presses de la Cité pour cette lecture !

 Ann Morgan, A sa place, Presses de la Cité, 2017, ♥♥♥

 

Jeunesse, Littérature anglaise, Roman

Huis clos

Coraline vient d’emménager dans une nouvelle maison. Parce que ses parents, trop occupés, la délaissent, la petite fille trompe son ennui en explorant l’appartement. Elle pénètre dans une pièce dont on lui a interdit l’entrée, pousse une porte condamnée et découvre, au bout d’un sombre couloir, un appartement identique en tous points au sien. Elle y est accueillie par des gens en apparence semblables à ses parents, à une exception près : ils ont des boutons à la place des yeux. Au premier abord, ces “autres” parents s’avèrent chaleureux et disponibles, mais Coraline déchante bientôt…

J’ai été happée par cette lecture, même si un certain manque d’originalité de l’histoire – variation autour d’un thème déjà très exploité – et plusieurs clichés m’empêchent de la considérer comme un véritable coup de cœur.

La singularité de ce roman résiderait plutôt dans l’effet produit par l’atmosphère trouble distillée par l’auteur. Parfois merveilleux, souvent inquiétant, versant ponctuellement dans l’horreur et le macabre, cet univers, qui joue essentiellement des peurs banales et enfantines, fascine et oppresse tour à tour, même – et peut-être plus encore – le lecteur adulte.

Neil Gaiman, Coraline, Albin Michel Wiz, 2003, ♥♥♥
Littérature anglaise, Roman

Ambiance austinienne

Enfant pauvre, issue d’un mariage déshonorant, Fanny Price est recueillie par son oncle Bertram et sa tante Norris qui voient là l’occasion de faire ostensiblement une bonne action. Elevée sans affection à Mansfield Park, Fanny est traitée avec mépris par sa nouvelle famille. Seul son cousin Edmond fait exception, l’aidant à grandir en sagesse à l’aide de bons conseils et de lectures choisies. L’amitié reconnaissante qu’elle voue à ce cousin affectueux se transforme bientôt en un amour passionné que la jeune fille, timide et modeste, s’évertue à garder secret. Et c’est en souffrant silencieusement qu’elle voit bientôt Edouard s’éprendre de la belle demoiselle Crawford, tandis qu’elle-même lutte contre les avances d’un soupirant qu’elle n’a pas choisi…

Souvent donné comme le moins bon roman parmi ceux de Jane Austen, c’est avec un peu de méfiance que j’ai abordé ce gros volume. Ma lecture finie, je suis encore sous le charme. Ce n’est pas tant l’histoire d’amour passionnée, contrariée, avouée – et somme toute sans grande surprise – qui m’aura finalement marquée, mais Mansfield Park lui-même et son atmosphère singulière.

Dès les premières pages, le lecteur est invité à s’en imprégner et à en ressentir tout le paradoxe. C’est avec bonheur qu’il parcourt les bosquets accueillants de Mansfield Park en compagnie de Fanny et d’Edouard, avec réconfort qu’il s’isole aux côté de la jeune femme dans la chambre Est ou qu’il se divertit dans son théâtre improvisé. À l’inverse, il fuit ses salons lorsqu’ils semblent absorber et exhaler la langueur de Mrs. Bertram ou la méchante froideur de Mrs Norris. On ne quitte pourtant le domaine qu’à regret et c’est bien évidemment avec empressement qu’on y revient, pour assister enfin, en son sein, à l’issue heureuse des amours de Fanny et Edouard.

Scène majeure des intrigues qui se nouent et se dénouent en ses murs, Mansfield Park est un lieu tellement envoûtant qu’il engendre un véritable manque, une fois le livre refermé. J’y retourne dès que possible !

Jane Austen, Mansfield Park [1814], 10/18, 1996, ♥♥♥♥♥

Littérature anglaise, Roman

Retour à Longbourn

C’est à la blogosphère des débuts que je dois ma découverte de Jane Austen : les Janéites y étaient aussi nombreuses que convaincantes ! Mais à parcourir les blogs littéraires aujourd’hui, je me dois de constater que cet engouement n’a pas faibli. A ma plus grande joie !

Pour ma part, ce fut un coup de foudre immédiat qui s’est prolongé au fil des ans et nourri de mes lectures (romans, biographies) mais aussi des séries télévisées dérivées, des films ou encore des bandes originales et autres musiques « du temps de Jane Austen ». J’ai tout tenté, j’ai tout aimé (Darcy surtout). Ou presque.

S’il est une chose qui me laisse toujours perplexe, malgré diverses tentatives, c’est toute cette série de textes qui s’inspire des récits de Jane Austen pour en constituer des réécritures, récits ou fins alternatifs ou autres préquelles. Probablement parce que j’y vois un opportunisme : celui pour l’auteur de s’assurer un succès – qu’il soit réel ou d’estime -, malgré une intrigue généralement pauvre et un style souvent absent.

C’est la raison pour laquelle j’ai abordé Une saison à Longbourn avec une certaine réserve, d’autant que le roman m’avait été présenté comme « une réécriture d’Orgueil et Préjugés à la sauce Downton Abbey ».

Les premières lignes m’ont détrompée. Non seulement le roman est très bien écrit (et traduit), dans un style fluide et joliment littéraire, digne des romans de l’époque. Mais en outre, l’histoire qui se dessine au fil des pages est la preuve d’une véritable créativité qui fait du roman un texte unique et non un succédané d’Orgueil et Préjugés

A l’issue de l’ouvrage, Jo Baker explique d’ailleurs son projet d’écriture :

 

Les principaux personnages de Longbourn ont une présence fantomatique dans Orgueil et Préjugés. Ils n’existent que pour servir la famille et le roman […]. Ils sont aussi, en tous cas à mes yeux, des êtres de chair et de sang. Longbourn fouille dans le passé et les entraîne au delà du dénouement heureux d’Orgueil et Préjugés. Cependant, lorsque les deux récits se chevauchent, j’ai organisé les événements de mon roman de façon à suivre le livre de Jane Austen.

Le roman initial est donc essentiellement une toile de fond sur laquelle évoluent de nouveaux personnages : la domesticité de la famille Bennet. Des êtres de papier, dotés d’une psychologie ciselée, qui travaillent, se résignent, aiment, se révoltent et s’émancipent au fil d’une intrigue d’une grande finesse, dotée de rebondissements bienvenus !

Une Saison à Longbourn est aussi un roman passionné qui rend hommage à celles et ceux qui l’ont inspiré et qui éclaire (et interprète) sous un jour nouveau le texte austinien. Le tout d’une manière fidèle mais néanmoins inventive, captivante mais toujours subtile. Bref, un petit bijou !

Jo Baker, Une Saison à Longbourn, Livre de Poche, 2015, ♥♥♥♥♥