Ces livres dont je ne parlerai (presque) pas #9

Il y a ces livres passionnants qui nous font nous évader du quotidien et qu’on a du mal à reposer. Mais il y a aussi ces bouquins plus difficiles à appréhender… Après de nombreuses années d’études de lettres, je me suis juré de ne plus jamais m’imposer une lecture ! Bref, quand l’engouement n’est pas là, je mets éventuellement de côté ou je laisse carrément tomber… Il arrive aussi que j’apprécie une lecture, mais ne trouve pas pour autant les mots pour le dire… Dans tous les cas, c’est décidé, je vous en parle quand même (un peu) ! Je remercie les éditions Presses de la Cité pour ces deux envois spontanés.

Mansietberthaudvalsemouettes_250Gabrielle est auxiliaire au phare de Cordouan, un métier solitaire et généralement réservé aux hommes qu’elle embrasse avec passion, même s’il lui rappelle le souvenir de sa mère disparue tragiquement dans un naufrage. Elle y fait la connaissance d’Alexis, dont elle tombe amoureuse, avant qu’il ne parte à la guerre et la laisse bientôt sans nouvelle. En bref : métier atypique, décors maritimes, contexte de la seconde guerre mondiale, relations filiales et secret de famille, amitié et amour… Voilà où j’en suis au moment d’abandonner ma lecture. Et je n’ai pas grand-chose à lui reprocher – la plume de Madeleine Mansiet-Berthaud m’avait même séduite il y a peu – mais ce récit, malgré plusieurs tentatives, ne parvient pas à captiver mon attention. Probable question de timing, liée notamment au fait que mes dernières lectures  – des thrillers – ont été plutôt haletantes. Je laisse de côté, mais y reviendrai peut-être… D’autres chroniques (plus constructives) sur Babelio.

Madeleine Mansiet-Berthaud, La Valse des mouettes, Presses de la cité, 2018,

2Hoskins et Loren croyaient cette affaire bel et bien résolue : avec la découverte de pas moins de 33 cadavres sous sa maison, Jacky Seever était passé aux aveux et avait été condamné sans aucun doute possible. Mais, 7 ans plus tard – alors que le coupable attend sa mort prochaine dans sa cellule – le duo de flics se reforme, bon gré mal gré. Plusieurs victimes ont été retrouvées, assassinées dans des conditions identiques aux méthodes du serial killer d’autrefois. Seever a-t-il un complice ? Tire-t-il les ficelles à distance ? Ou s’agit-il d’un meurtrier fanatique inspiré par son prédécesseur ?
Abrupte(s). C’est le mot qui caractérise à la fois le style sans ambage de Joann Channey, son intrigue sordide et ses personnages atypiques – qui frôlent parfois la caricature. Le résultat : un thriller divertissant, mais pas inoubliable.

Joann Chaney, Sept ans de Silence, Presses de la cité, 2018, ♥♥♥

 

C’est dans la boîte

« Le sauvetage n’est pas seulement la fin d’une épreuve, mais aussi le début d’une autre ».

1472 jours : c’est le temps qu’a passé Flora aux mains de son bourreau. 472 jours plongée dans un abîme de ténèbres, à n’espérer qu’une chose : survivre. Sortie miraculeusement de cette épreuve, elle cherche depuis à retrouver une existence normale. Pourtant, les murs de sa chambre sont tapissés de photos de filles disparues. Quand, à la recherche de l’une d’elles, Flora se fait de nouveau kidnapper, le commandant D.D. Warren comprend qu’un prédateur court les rues de Boston, qui s’assurera cette fois que Flora ne revoie jamais la lumière… Après le succès du Saut de l’ange, Lisa Gardner, l’un des grands noms du thriller psychologique, se met dans la peau d’une femme pourchassée par son passé, dans une enquête qui nous confronte aux plus insoupçonnables déviances humaines (quatrième de couverture)

Lisa Gardner est pour moi une valeur sûre : intrigue riche, personnages d’une bonne facture psychologique, histoire captivante et bien menée, rebondissements et renversements de situation à petites doses mais d’une belle efficacité. Avec le plaisir supplémentaire de retrouver, dans chaque opus, le personnage récurrent de D.D. Warren dont j’aime la ténacité et le caractère bien trempé. Dans cet épisode – blessure récente oblige – c’est en tant que superviseur que D.D. mène l’enquête. Mais ce serait bien mal la connaître que de l’imaginer recluse dans son bureau, à mener tâches administratives et rendre compte du travail de ses collègues. Il faut avouer que Flora l’intrigue autant que nous. Bien qu’elle s’en défende, la jeune femme mène une véritable chasse aux sorcières, depuis qu’elle a été enlevée, séquestrée et a réussi à échapper à son bourreau. Mais à jouer avec le feu, Flora se retrouve bientôt prise au piège pour la seconde fois. Enquête, expériences passées et présentes se mêlent, dévoilant notamment – et c’est l’intérêt principal de ce roman – le vécu terrible, les pensées et la stratégie de survie d’une captive. On dévore, avide de comprendre les motivations profondes et rédemptrices de Flora, alors que se dévoilent progressivement l’identité et les desseins pervers de ses ravisseurs.

J’ai écouté l’enregistrement de ce roman (14h03) dans le cadre d’un partenariat avec Audiolib que je remercie très vivement. La lecture de Colette Sodoyez est vivante, prenante, avec pour seul bémol une voix parfois un peu trop sensuelle pour coller véritablement aux tempéraments intrépides et déterminés des personnages féminins de ce récit.

Lisa Gardner, Lumière noire, Audiolib, 2018, ♥♥♥♥♥

Réprésentation

« M. et Mme Fang appellent ça de l’art, leurs enfants appellent ça de l’inconséquence ».

Entraînés malgré eux dans les performances et autres happenings de Caleb et Camille Fang, leurs parents, dont l’ambition est de faire de leur propre vie une œuvre d’art, Annie – surnommée « Enfant A » – et Buster – « Enfant B » –, n’ont jamais connu les joies de la normalité. Arrivés à l’âge adulte, ils comprennent que le chaos dans lequel ils ont grandi les a rendus pour le moins inadaptés à la société et au monde réel. Tandis qu’ils essaient tant bien que mal de réaliser leurs projets personnels et de trouver une forme d’équilibre, ils sont, une fois, de plus happés par la folie créatrice des deux artistes, qui, pour couronner leur carrière, ont imaginé une mise en scène dépassant de loin toutes les Wilsonfamillefang_250précédentes. Dans cette comédie tour à tour grinçante et émouvante, Kevin Wilson brosse un tableau au vitriol du milieu de l’art doublé d’une réflexion amère sur les effets qu’ont les ambitions démesurées des parents sur leurs enfants (quatrième de couverture).

Je reste très partagée à l’issue de cette lecture. J’ai parcouru le roman sans difficulté : le style est fluide, l’alternance entre flashbacks (les fameuses prouesses artistiques du couple Fang) et retours dans le quotidien des personnages est plutôt intéressante et tient en haleine. Par contre, je reste mitigée quant au propos. Une réflexion (plutôt négative) sur l’art qui ne m’a pas convaincue. La performance décrite (une série d’happenings) est probablement trop déroutante, voire absurde dans ce roman pour que la thèse de l’auteur sur les méfaits de la (cette) pratique artistique puisse être crédible.
Le discours, plus sous-jacent, sur l’éducation et l’influence des parents sur les enfants m’a davantage attirée, mais les personnages principaux ne m’ont pas été sympathiques. Je reste donc sur une impression de lecture distrayante, sans plus.

Kevin Wilson, La Famille Fang, Presses de la Cité, février 2013, ♥♥♥

Ces livres dont je ne parlerai (presque) pas #8

Dernier billet récapitulatif pour une longue période, je l’espère ! Maintenant que mon tout nouveau petit coin bureau est installé, j’ai les conditions idéales pour bloguer et normalement le temps pour le faire ! Encore quelques belles découvertes à partager avec vous, mais aussi une petite déception. Quoi qu’il en soit, je remercie sincèrement les éditions Belfond, Bragelonne et Préludes ainsi que Netgalley et Babelio pour leur confiance.

Daylinvitation_250Ben fête ses quarante ans et la somptueuse soirée d’anniversaire qu’il a organisée avec son épouse vire au drame. Serena est dans le coma. Martin, son meilleur ami, entendu par la police et Lucy, l’épouse de ce dernier, internée dans un hôpital psychiatrique.
Le récit remonte aux origines de l’amitié qui lie Martin et Ben pour expliquer ce qui a lentement mené à cette violente conclusion. Amitiés amoureuses et attachements factices, secrets et loyauté, fascination et abnégation, pouvoir et envie, arrogance et froideur : autant de thèmes passionnants, mais traités avec un cynisme tellement clinique que je me suis lassée.

Elizabeth Day, L’Invitation, Belfond, 2018, ♥♥

Greensecondedetrop_250Lisa perd en quelques secondes la trace de sa fille de quatre ans à l’occasion d’une partie de cache-cache. Si le thème de la disparition d’enfant n’est pas original, son traitement rend ce page-turner très efficace et captivant. Trois voix qui alternent dans un récit dynamique, un ravisseur qui se dévoile dès les premières pages et des psychologies complexes qui se dessinent tout au long d’une intrigue très bien pensée. D’un côté, la famille de la petite fille qui – une fois n’est pas coutume – fait front, plutôt que de se déchirer. De l’autre, une femme psycho-rigide, solitaire et meurtrie par la mort tragique de son seul fils. Et un lien inattendu qui se tisse progressivement entre eux…

Linda Green, Une Seconde de trop, Préludes, 2018,♥♥♥♥♥

Huntersousnosyeux_250

Autre enfant, autre disparition, autre variation sur le même thème. Et cette fois-ci, je suis moins convaincue… Pourtant, l’idée d’incriminer les parents dès le début de l’histoire et de dérouler leurs personnalités troubles et forcément coupables est plutôt bien trouvée. Pour autant, il y a trop d’invraisemblances et de rebondissements artificiels pour que le lecteur accroche. Le dénouement – un twist improbable à la limite de la mièvrerie – suffirait à le prouver. Pour autant, le thriller reste divertissant et vaudra notamment pour son analyse des incidences que peuvent avoir les réseaux sociaux sur le déroulement d’une enquête et la perception d’un crime.

Cara Hunter, Sous nos yeux, Bragelonne, 2018, ♥♥♥

Concept !

C’est bien évidemment le format atypique de l’ouvrage – aux allures de catalogue d’un grand magasin suédois connu – qui m’a fait de l’œil. Ajoutez-y le titre Horrorstör (l’horreur étant ma nouvelle marotte) et l’avis du libraire épinglé sur la couverture mentionnant un “OVNI littéraire”. L’achat d’impulsion était inévitable.

Une fois rentrée chez moi, je feuillette l’ouvrage, découvre avec amusement l’avertissement de l’auteur (qui refuse tout rapprochement avec un magasin suédois toujours aussi connu) et me lance immédiatement dans la lecture de ce roman-catalogue abondamment illustré (une autre marotte)…

Il se passe quelque chose d’étrange au magasin de meubles Orsk à Cleveland, en Ohio. Ces derniers temps, les employés découvrent, en arrivant le matin, des étagères Kjërring démontées, des piles de gobelets Glans renversées, des armoires Liripip fracassées… Les ventes sont en berne, les responsables de rayon paniqués : les caméras de surveillance ne montrent rien d’anormal. Pour lever le mystère, une équipe de trois employés s’engage à rester sur place toute une nuit. Au cœur de l’obscurité, ils arpentent les allées du showroom désert, courent après d’inquiétants bruits et finiront pas se confronter aux pires horreurs… (quatrième de couverture)

MRhorrorstor.inddLa dernière page de l’OVNI tournée, je ne sais trop quoi en penser, ni trop quoi en dire. A y bien réfléchir, j’ai l’impression d’avoir lu l’équivalent de ce que serait un mauvais film d’horreur. Et, dans le premier cas comme dans le second, j’en ressors moins angoissée qu’amusée.

C’est d’ailleurs essentiellement pour son humour que l’on se penchera sur le roman de Grady Hendrix. Côté forme, on appréciera l’évidente parodie, l’imagination débordante, aussi loufoque que glauque. Et notamment la description des meubles qui inaugure chaque chapitre et verse subitement dans celle d’abominables outils de torture. On regrettera les longueurs (comme le veut souvent le genre, il ne se passe absolument rien dans la première moitié de l’ouvrage), l’absence de style et l’happy end. Côté fond, la pauvreté de l’intrigue est compensée par le regard cynique posé sur Orsk et par la critique à peine déguisée (en monstre) des chaînes de magasins qu’il représente. Tout est passé au crible. Organisation au millimètre du parcours de l’acheteur (le fameux sens unique), qualité contestable et montage difficile de meubles fabriqués en série, valeurs pseudo-familiales de l’entreprise, voire une allusion au passé polémique du fondateur du vrai magasin suédois connu, récemment accusé de nazisme.

Au final un livre-concept pour dénoncer un magasin-concept. Dans les deux cas, on adhère… ou pas.

Grady Hendrix, Horrorstör, Milan et demi, 2015, ♥♥♥

Ces livres dont je ne parlerai (presque) pas #7

Ayant souffert de problèmes de dos, j’ai déserté bien malgré moi la blogosphère littéraire et pris un peu de retard dans mes chroniques. Retour en douceur aujourd’hui avec un billet récapitulatif de mes dernières lectures. Deux « j’aime » et un coup de cœur : je ne peux être que ravie. Je remercie sincèrement les éditions Nil, Presses de la Cité ainsi que Netgalley pour ces découvertes aussi plaisantes que variées.

Roussonétéretrouvé_250Victimes d’un corbeau, Lazare et Gérald, amis d’enfance se retrouvent 23 ans après qu’un accident a prématurément mis fin à leur amitié. Un jour funeste qu’ils n’ont pas pu rayer de leur mémoire et qui a conditionné leur vie amoureuse. Alors que Lazare s’interdit d’aimer sa sémillante voisine Séraphine, Gérald se remet quant à lui de son divorce. Une seule issue pour les deux amis : partir à la recherche d’Elisa, victime de l’accident qui les a séparés et dont ils étaient tous deux épris. Se cache-t-elle derrière les lettres accusatrices ?
L’été retrouvé c’est donc une touche de mystère, une amitié renaissante, des amours contrariés ; le tout sur fond de magnifiques descriptions des paysages du Gard. Tellement pittoresque, si bien retranscrit, qu’on rêverait d’adopter région et art de vivre ! A défaut de faire ses valises, on y prend virtuellement son temps avec délice, au fil des pages qu’on parcourt avec une gourmande lenteur, spectateur de la vraie bienveillance des personnages, des remords sincères des repentis, des sentiments authentiques qui ne demandent qu’à s’épanouir. Si beau…

Dany Rousson, L’Eté retrouvé, Presses de la Cité [Terres de France], 2018, ♥♥♥♥♥

Un-manoir-en-CornouaillesCornouailles, 1968. Le Manoir des Lapins noirs est la résidence secondaire de la famille Alton qui y passe des étés simples et heureux, malgré la décrépitude des lieux. Jusqu’au drame qui arrache leur mère aux quatre jeunes enfants.
Années 2000,  Lorna rêve de célébrer son mariage dans ce même manoir qu’elle pense avoir connu dans son enfance. Un souhait qui devient obsession après la visite du site. Lorna est envoûtée au point de s’y installer pour un séjour impromptu. Quel secret se cache derrière les murs en ruine de Pencraw ? Et qui est Caroline, la vieille propriétaire des lieux, qui a tant tenu à la voir honorer cette invitation…
C’est sans surprise que les deux histoires se rejoignent, réunissant des femmes injustement séparées par les épreuves. On s’y attend, mais on se prend au jeu. Eve Chase est en effet non seulement une conteuse de talent, mais aussi la créatrice d’un lieu, à la fois attrayant et rebutant, où elle emporte son lecteur complètement conquis. Bref, une histoire prenante et touchante, des personnages bien campés et une atmosphère captivante.

Eve Chase, Un Manoir en Cornouailles, Nil, 2018,♥♥♥♥

9782258143449ORI

Alice et Jake s’aiment. Pour se le prouver, le couple ne se contente pas d’un mariage, mais accepte d’adhérer au « Pacte » que leur propose l’un des invités, en guise de cadeau. Les jeunes époux pénètrent alors un club fermé (pour ne pas dire sectaire) qui garantit à ses membres, triés sur le volet, la pérennité de leur mariage. La condition à ce bonheur illimité ? Un livret de règles de vie – d’apparence anodines – auxquelles le couple doit absolument se conformer… Quand Alice déroge à l’un des principes, la sanction tombe. Et ce qui devait être un gage de félicité vire au cauchemar.
Excellent à tous points de vue, ce roman engagé et astucieux traite, avec une bonne dose de cynisme, des faux semblants du mariage et des pseudo-recettes pour une vie de couple idyllique. En bref, c’est mordant, captivant, plein de rebondissements. On ne s’ennuie pas un instant : curieux de comprendre le Pacte, d’en saisir les subtilités, puis les impostures et surtout de savoir comment ce couple, attachant et combatif, va s’en sortir ! Drôle, sarcastique, enlevé, rocambolesque, j’en redemande !

Michelle Richmond, Piège conjugal, Presses de la Cité, 2018, ♥♥♥♥♥

Ces livres dont je ne parlerai (presque) pas #6

Plusieurs jours fériés et quelques jours de vacances m’ont donné le loisir de lire (au lit), de lire (dans mon salon), de lire (dans mon jardin, le bonheur), de lire tout le temps et partout ! Du coup, le niveau de ma PAL des mois d’avril et mai s’est bien amenuisé et je vous propose un petit billet récapitulatif de toutes ces lectures. De bons crus, aucune déception ! Merci sincèrement aux éditions Calmann-LevyPlon, Folio, Castelmore, Mazarine et à Netgalley pour ces belles découvertes.

Chevalierverger_250Tracy Chevalier a sa recette et elle fonctionne à merveille : spécialisée dans les romans historiques, elle décline un thème spécifique, y inscrit son récit et immerge son lecteur dans une ambiance particulière. Après nous avoir emmenés dans l’atelier de Vermeer, initiés à la poésie de Blake ou à la broderie dans la communauté des Quakers, c’est à l’orée du verger, dans les terres marécageuses de l’Ohio puis en Californie que nous convie l’auteur. Il y est question de culture de la pomme et de fabrication de cidre, de l’exportation des redwoods et des séquoias, d’alcoolisme, de relations humaines destructrices, mais aussi d’espoir, de résilience et de renaissance. Un roman qui dit l’amour de la nature et raconte la dure vie des pionniers au 19e siècle. Instructif et touchant.

Tracy Chevalier, A l’orée du verger, Folio, 2018, ♥♥♥♥

Lambertarbre_250Encore une histoire d’arbre ! Un platane centenaire au centre d’un village de Provence est menacé d’abattage et les habitants s’unissent pour le sauver. Sept défenseurs et autant de personnalités, d’histoires intimes liées à cet arbre, de détermination, d’idées et de projets pour lutter contre une décision absurde, pour ne pas dire un abus de pouvoir. Et le plaisir aussi de parcourir les pensées pleines d’humour et de bon sens du platane, protagoniste à part entière et spectateur ému de cet élan de solidarité. C’est frais, tendre, pétri de bienveillance. Un message de fraternité, d’amitié et de générosité auquel on ne peut que souscrire !

Karine Lambert, Un arbre, un jour…, Calmann Lévy, 2018,♥♥♥♥

Seigneurpoisons_250

Depuis ma lecture de L’Allée du roi, je ne boude aucune occasion de m’immiscer dans la vie du Roi-Soleil et c’est avec une vive curiosité que j’ai suivi l’enquête de La Reynie, policier de Louis XIV, sur la fameuse « affaire des poisons ». Un scandale incriminant notamment la marquise de Montespan, alors omnipotente favorite du roi. Un roman documenté et basé sur des faits réels, une atmosphère suspicieuse dans un décor pittoresque, une intrigue ficelée, bien menée dont j’ai apprécié la lecture à la fois instructive et divertissante. Seul (tout) petit bémol, déjà très informée de la toile de fond, j’ai regretté quelques longueurs et insistances sur le contexte historique, qui prend parfois le dessus sur l’intrigue policière.

Olivier Seigneur, La Marquise des Poisons, Plon, 2018, ♥♥♥♥

Karamonsters_250

Je ne suis pas une habituée de la littérature destinée aux adolescents et j’ai choisi cet ouvrage sur Netgalley sans savoir que Castelmore était une maison d’édition « jeunesse ». Je ne regrette absolument pas ce choix aléatoire qui m’a permis de lire un thriller psychologique de très bon niveau, machiavélique et pervers à souhait, jouant des thèmes de la popularité, des amitiés factices et autres manipulations propres aux relations adolescentes. Seul le contexte scolaire m’a rappelé qu’il s’agissait d’un roman pour jeunes adultes : je ne me suis ennuyée à aucun moment et je serais prête à découvrir d’autres textes de Kara Thomas.

Kara Thomas, Little Monsters, Castelmore, 2018, ♥♥♥♥

Mejiaquijesuis_250

Même ambiance lycéenne pour le très bon thriller de Mindy Mejia, même si je l’ai trouvé encore plus captivant. Une seule question tout au long de ce roman : qui a tué Hattie, jeune fille spirituelle et passionnée, en quête d’indépendance ? Deux suspects : un petit ami de façade éconduit et un professeur d’anglais avec lequel elle entretenait une relation secrète. Des ingrédients relativement basiques et communs, mais le contexte, la narration, très travaillée et les renversements subtils tiennent le lecteur en haleine et le mènent par le bout du nez jusqu’à l’issue. Prenant, avec de belles références à la littérature anglaise et au théâtre shakespearien. J’ai vraiment apprécié !

Mindy Mejia, Qui je suis, Mazarine, 2018, ♥♥♥♥