Album, Jeunesse, Littérature française

A tire-d’aile

Un matin d’hiver, un petit oiseau esseulé sur sa branche voit s’approcher l’un de ses congénères. Celui-ci chante pour lui et le réchauffe, puis l’accompagne dans sa découverte du monde, avant de le laisser faire ses propres expériences…

Battutdeuxoiseaux_300L’ensemble des illustrations qui composent cet album sont dans l’esprit de l’image de couverture : de larges aplats, peu de détails, des couleurs froides – un camaïeu de gris et de beige – avec pour seule exception le ventre rouge des deux oiseaux qui attire spontanément le regard du spectateur.

Une atmosphère relativement sombre, peut-être un peu triste ou grave, mais qui symbolise parfaitement la curiosité inquiète du petit oiseau qui découvre le monde. Aux images épurées correspond un texte lapidaire, mais qui n’en est pas moins évocateur, symbolique et touchant.

Eric Battut, Deux oiseaux, Autrement Jeunesse, 2004, ♥♥♥♥♥

Album, Jeunesse

Cultiver son imaginaire

Victor se voit confier trois sous et la mission de rapporter à ses parents une grande tranche de poésie. Mais où déniche-t-on ce genre de chose ? Ni à la boulangerie, ni à la boucherie, ni à la pharmacie… pas même à l’école ! Victor ne se laisse pas abattre pour autant et poursuit son investigation : la poésie serait-elle dans les nuages, dans la cuisine, dans le grenier, dans le jardin ou à la bibliothèque ? Et si elle était tout simplement dans le plaisir « au goût de sucre et d’interdit » que Victor ressent en dépensant les trois sous en bonbons ?

Cet album m’a été offert par Les P’tits Bérets et je les remercie chaleureusement pour cette superbe découverte ! N’hésitez pas à faire un tour sur le site de cette maison d’édition dont on ne peut qu’apprécier la vocation :

[Nos livres] font la part belle à la tolérance, au libre-arbitre et au respect des différences tout en développant l’imaginaire. Ils accompagnent les grandes étapes de la vie et de l’enfance pour aider à grandir et à réfléchir par soi-même. 

Mais revenons à cet album d’une grande richesse… Côté texte, Gaelle Péret propose une histoire sobre et tout en douceur, aux mots choisis, pour délivrer un message primordial. La poésie, toujours impalpable, souvent ineffable et pourtant essentielle, est à trouver dans les petits bonheurs du quotidien. Ici ou ailleurs et finalement partout autour de soi, à condition de bien la chercher et de se laisser inspirer !

Côté images, les illustrations (avec trois rabats pour plus de surprises) m’ont emportée. Gérald Guerlais crée un monde animalier fantaisiste et malicieux, en rondeurs, coloré, exotique et, comme pour le texte, riche de significations, d’indices, d’histoires parallèles et de sens cachés. Bref, une seconde invitation à un voyage onirique… et poétique !

 

Gaëlle Peret, Gérald Guerlais, Une Tranche de poésie,
Les Petits Bérets, 2015, ♥♥♥♥♥