Vite dit #2

La preuve (Véronique !) qu’un pari peut aboutir à une bonne surprise…

Alain-Fabien Delon signe un roman d’apprentissage thérapeutique qui flirte avec l’autobiographie. Toute ressemblance avec des personnes existantes n’est donc absolument pas fortuite. Pour autant, l’essentiel est ailleurs : dans un récit sincère et constructif, au style vif et fiévreux, sur le détachement affectif. Comment tuer le père, sans lui faire trop de mal ? Pour Alain-Fabien, ce sera à coups de plume.

Percutant. Bravache. Franc.

Alain-Fabien Delon, De la Race des Seigneurs, Stock, 2019, ♥♥♥♥

Publié par

Fervente lectrice et blogueuse depuis 2007. Spécialiste des relations arts et littérature au dix-neuvième siècle (thèse sur Rodolphe Bresdin et la littérature)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.