Pas de larmes !

« C’est vrai que des fois, on se dit que nos vies sont planifiées à l’avance.
Mais, d’autres fois, c’est nous qui commettons des erreurs, et après, il faut bien s’en accommoder ».

Parce qu’elle a voulu protéger un de ses élèves et réparer une injustice, la Britannique Lara Penrose se trouve contrainte d’émigrer en Australie pour échapper à une peine de prison. Malgré la tristesse de la séparation d’avec son père, elle veut s’enthousiasmer de ce voyage impromptu. Mue par son amour de l’enseignement et sa curiosité pour l’ailleurs australien, elle espère que cette épreuve se transformera bientôt en une expérience enrichissante, sur fond de sable blanc et de palmiers luxuriants. Après une traversée longue et parfois difficile, Lara débarque, non sans effarement, dans une contrée totalement isolée et archaïque. Pas d’école, une chaleur moite, des araignées énormes et des moustiques virulents, des autochtones fuyants et un crocodile géant qui manque l’attaquer à son arrivée. Mais le petit village chaleureux de quelques âmes qui accueille Lara a à cœur de conserver avec soi sa nouvelle institutrice. Amitié et amour auront-il raison des réticences de la jeune femme ?

Elizabeth Haran a réussi un tour de force : embarquer son lecteur, en même temps que son héroïne, au fin fond d’une Australie hostile et faire en sorte que tous en redemandent ! J’ai eu un coup de cœur inattendu pour ce roman dont je craignais qu’il ne soit une seule bluette.
Haranpayssoleilrouge_250Oui, il y a une histoire d’amour romantique à souhait. Oui, la belle institutrice s’entiche du (gentil) mauvais garçon chasseur de crocodiles et le préfère au persévérant (fourbe) médecin incompris. Oui c’est parfois pétri de bons sentiments et l’happy-end XXL n’est vraiment pas une surprise. Mais c’est aussi et surtout un récit pittoresque et historique, amusant mais aussi grave, prenant, touchant. Dont je retiendrai l’exotisme et le dépaysement merveilleusement traduits par une plume subtile et non dénuée d’humour. Et aussi des personnages hauts en couleurs, foncièrement bons et attendrissants dans leur franche simplicité. Courageux et opiniâtres sous les bombardements japonais. Le Pays du soleil rouge, c’est une ode à l’amitié, à l’entraide, à la bienveillance. Et une histoire d’amour facétieuse qui emportera même les plus récalcitrants !

Je remercie chaleureusement les éditions l’Archipel pour cette excellente lecture. Notice bientôt disponible sur Aux grands mots, les grands remèdes

Elizabeth Haran, Le Pays du soleil rouge, L’Archipel, 2018, ♥♥♥♥♥

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s