Littérature anglaise, Roman

Cruauté enfantine

Femme heureuse, amie choyée, mère accomplie, Laura mène la vie parfaite dont elle a toujours rêvé. Un bonheur sans faille interrompu par l’appel de détresse de la mère d’une de ses anciennes camarades de classe. Heddy est hospitalisée pour des troubles psychiatriques et sa famille compte sur Laura pour la sortir de cette situation. C’est avec réticence que Laura accepte d’apporter son aide à celle qui était en vérité un souffre-douleur. Si elle décide d’agir, c’est avant tout pour se débarrasser d’une situation qu’elle juge embarrassante, avant que la culpabilité ne prenne progressivement le pas…

indexDans un style fluide et sans fard, Suzanne Bugler déconstruit, au fil des pages, la vie prétendument parfaite des personnages de son roman. L’occasion d’une critique acerbe du culte des apparences et d’un tableau assez réaliste de la culpabilité, transmise ici au fil des générations.
Contrairement à mon attente (les couvertures sont trompeuses !), pas de crime dans ce thriller, mais je n’en ai pas été moins happée par cette lecture. D’abord amusée par le récit au vitriol d’une vie de couple à la dérive et d’amitiés factices, puis avide de connaître l’issue de la rédemption du personnage principal. Ceci dit, l’auteur n’en est pas pour autant complaisant : à chacun d’assumer les conséquences de ses actes.

Suzanne Bugler, Ce bonheur trop parfait, Presses de la Cité, 2012, ♥♥♥♥

2 thoughts on “Cruauté enfantine”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s