Un jour d’ennui, Sonia erre sur un forum littéraire. C’est pas ce biais qu’elle fait la connaissance de Knut. La conversation s’engage et ce dernier fait une proposition singulière à la jeune femme : en échange d’une simple photo, il volera pour elle tous les livres qu’elle désire.

Par curiosité, par défi et parce que la personnalité de Knut l’intrigue, Sonia accepte la transaction. Les colis se succèdent. Toujours plus imposants, fruits de vols organisés avec un soin maniaque. La contrepartie prend la forme d’une correspondance littéraire et exigeante à laquelle Sonia se plie malgré elle. Knut veut tout savoir d’elle, mais aussi de ce qu’elle a pensé de chacun des ouvrages envoyés. Il est obsédé par la jeune femme, veut la satisfaire à tout prix, croit en son talent d’écrivain, s’improvise même mécène. N’en est pas moins froid, mordant, tyrannique, pervers.

Bien qu’elle soit submergée par les envois – après les livres, ce sont les CD, les parfums, la lingerie, les vêtements, les chaussures de marque – et MesaCicatrice_250que sa duplicité se rappelle parfois à elle, Sonia accepte de poursuivre ce jeu malsain pendant plusieurs années. Par convoitise d’abord. Parce qu’elle se sent flattée et que son morne quotidien en est bouleversé. Par fascination aussi pour cet homme particulier dont elle n’est plus capable de se passer. Au point de le rencontrer. Au point de l’embrasser. Au point de voler avec lui. Pourtant tout ce qu’il est et tout ce qu’il fait la révulsent. Elle lui ment, entasse les cadeaux dans une armoire et – sacrilège – met certains d’entre eux en vente sur la toile. Il ne lui pardonnera pas. La correspondance s’achève enfin. Mais le souvenir de l’un ne cesse de se rappeler à l’autre.

Étrange histoire, étrange roman, étranges personnages aux étranges mœurs. J’ai apprécié la lecture (le texte est particulièrement bien écrit et bien construit), mais le récit en lui-même me laisse un goût amer et l’impression finale de ne pas avoir saisi toute la portée du propos. Un roman dérangeant qui ne laisse pas insensible, nous interroge beaucoup sur les relations amoureuses virtuelles, sur la convoitise, la société de consommation, nos valeurs. Je ne sais pas si j’en encouragerai la lecture. En tous cas, je ne la regrette pas pour autant…

Hâte de parcourir d’autres critiques. En un grand merci aux éditions Rivages pour ce roman somme toute bien déroutant !

Sara Mesa, Cicatrice, Rivages, 2017, ♥♥♥

2 thoughts on “ Colis piégeux ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s