Littérature anglaise, Roman

Ambiance austinienne

Enfant pauvre, issue d’un mariage déshonorant, Fanny Price est recueillie par son oncle Bertram et sa tante Norris qui voient là l’occasion de faire ostensiblement une bonne action. Elevée sans affection à Mansfield Park, Fanny est traitée avec mépris par sa nouvelle famille. Seul son cousin Edmond fait exception, l’aidant à grandir en sagesse à l’aide de bons conseils et de lectures choisies. L’amitié reconnaissante qu’elle voue à ce cousin affectueux se transforme bientôt en un amour passionné que la jeune fille, timide et modeste, s’évertue à garder secret. Et c’est en souffrant silencieusement qu’elle voit bientôt Edouard s’éprendre de la belle demoiselle Crawford, tandis qu’elle-même lutte contre les avances d’un soupirant qu’elle n’a pas choisi…

Souvent donné comme le moins bon roman parmi ceux de Jane Austen, c’est avec un peu de méfiance que j’ai abordé ce gros volume. Ma lecture finie, je suis encore sous le charme. Ce n’est pas tant l’histoire d’amour passionnée, contrariée, avouée – et somme toute sans grande surprise – qui m’aura finalement marquée, mais Mansfield Park lui-même et son atmosphère singulière.

Dès les premières pages, le lecteur est invité à s’en imprégner et à en ressentir tout le paradoxe. C’est avec bonheur qu’il parcourt les bosquets accueillants de Mansfield Park en compagnie de Fanny et d’Edouard, avec réconfort qu’il s’isole aux côté de la jeune femme dans la chambre Est ou qu’il se divertit dans son théâtre improvisé. À l’inverse, il fuit ses salons lorsqu’ils semblent absorber et exhaler la langueur de Mrs. Bertram ou la méchante froideur de Mrs Norris. On ne quitte pourtant le domaine qu’à regret et c’est bien évidemment avec empressement qu’on y revient, pour assister enfin, en son sein, à l’issue heureuse des amours de Fanny et Edouard.

Scène majeure des intrigues qui se nouent et se dénouent en ses murs, Mansfield Park est un lieu tellement envoûtant qu’il engendre un véritable manque, une fois le livre refermé. J’y retourne dès que possible !

Jane Austen, Mansfield Park [1814], 10/18, 1996, ♥♥♥♥♥

2 thoughts on “Ambiance austinienne”

  1. J’ai lu deux romans de Jane ses plus connus, mais je ne la porte pas vraiment dans mon coeur, je préfère de loin les soeurs Brontë. Par contre je pense poursuivre la découverte de sa bibliographie avec Mansfield parce que tu en parles si bien qu’il est difficile de résister !

    J'aime

    1. C’est gentil ! J’espère qu’il te plaira autant qu’à moi ! J’ai une préférence pour Jane Austen, mais j’ai un gros penchant pour les sœurs Brontë également…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s