Les nerfs de Mrs. Bennett sont mis à rude épreuve : Mr. Bennett refuse d’aller rendre une visite de politesse à leur nouveau voisin, Mr. Bingley, alors qu’elle a cinq filles à marier ! Mais la voilà bientôt rassurée puisque Mr. Bingley semble réaliser ses vœux en s’éprenant de la douce et aimable Jane, l’aînée de ses filles. Toutefois, c’est sans compter Fitzwilliam Darcy, ami influent du jeune homme, qui finit par convaincre Bingley que ce mariage en deçà de sa condition serait une méprisable erreur.
Elizabeth, l’héroïne du roman, une jeune fille spirituelle à la verve ironique, est la confidente attentive de sa sœur Jane, alors que naissent ses propres émois pour le séduisant Wickham. C’est sans surprise qu’elle prend alors Darcy en aversion, lui reprochant non seulement d’avoir brisé les espoirs de sa sœur, mais aussi l’attitude hautaine, calculatrice et méprisante qui fait sa réputation.
Si le lecteur devine d’emblée l’issue du roman, il ne faudra pas moins de soixante chapitres pour que Darcy et Elizabeth passent outre orgueils et préjugés, apprennent à se connaître et admettent leur attachement réciproque.

Dès les premières lignes du roman, le ton est donné. Il sera question de mariages, de rentes, de tentatives de séduction et d’amours contrariées… Pourtant, Orgueil et préjugés n’a rien d’une bluette et c’est pour mieux dévoiler une critique acerbe du roman sentimental que Jane Austen feint d’en adopter les principales ficelles.
Si le roman n’en est pas moins l’histoire d’un amour improbable, il est aussi le regard objectif que son auteur a posé sur la condition féminine et sur la société britannique de son époque, monde de conventions où les préjugés font loi. Un récit engagé qui est servi en outre par une plume fine et alerte, teintée d’une ironie subtile.

Orgueil et préjugés, ce sont encore des personnages dotés d’une véritable épaisseur psychologique, dépeints sans ambages dans leurs faiblesses et leur grandeur et rendus d’autant plus attachants… Assurément un de mes romans préférés !

Jane Austen, Orgueil et préjugés [1813], 10/18, 2000, ♥♥♥♥♥

One thought on “ Bonheur et délectation ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s